Qâbîl et Hâbîl

Après que la Dame Hawwâ' et notre maître 'Adam "alayhoum s-salam furent descendus du paradis, elle accoucha quarante fois. A chaque fois elle donnait naissance à un garçon et à une fille. Notre maître 'Adam "alayhi s-salam le prophète-messager, qui était sur la religion de l'Islam, donnait pour épouse au mâle de chaque grossesse la fille d'une autre grossesse afin que les humains se multiplient.

Il n'était pas permis au garçon d'épouser sa soeur jumelle. Avec Qâbîl était néune soeur très belle qui s'appelait Iqlîmiyâ' et avec Hâbîl était né avec une soeur de moindre beauté qui s'appelait Liyoudhâ. Qâbîl voulut contredire la Loi et épouser sa soeur jumelle Iqlîmiyâ' par désir de sa beauté au lieu de la jumelle de son bon frère Hâbîl.

Qâbîl discuta avec son frère Hâbîl. Or notre maître 'Adam "alayhi s-salam ordonna de présenter une offrande. C'est ce que par quoi l'on se rapproche de l'agrément de Alâh "azza wa jall- qui a la perfection absolue et exempte de tout défaut-, qu'il s'agisse d'un sacrifice ou d'une aumône. Ensuite 'Adam prit le chemin de la Mecque pour effectuer un pèlerinage à la Maison sacrée.

Hâbîl le bon avait du bétail, Qâbîl avait des plantations.
Hâbîl donna pour offrande un gros bélier qu'il prit du meilleur de son troupeau pour le donner en offfrande, rechercant par là l'agrément de Allâh soubHânahou wa ta"âlâ- gloire à Lui Qui a la perfection absolue exempte de tout défaut-. Allâh "azza wa jall l'accepta de lui et donna en signe de Son acceptation un feu qui descendit du ciel, qui prit l'offrande et ce bélier fut élevé au paradis, tout comme il a été dit, et il resta là à paître jusqu'à ce qu'il soit une compensation pour 'Ismâ"îl "alayhi s-salam.

Quant à Qâbîl, il ne faisait pas partie des gens de l'obéissance et de la piété. Il présenta une botte d'épis mais il choisit les plus mauvais de ses champs. Ayant trouvé dedans un bel épis, il l'enleva et le mangea, il était trop avare pour présenter le bon. Allâh ne l'accepta pas de lui. Lorsque Qâbîl vit cela, il envia son frère Hâbîl le bon. C'est alors que le chayTân suggéra à Qâbîl d'assassiner son frère et de commettre par cela le plus grand des péchés après l'association à Dieu, à savoir tuer une personne dont Allâh a interdit de prendre la vie hormis selon le droit.

Qâbîl menaça son frère Hâbîl le bon qui était plus fort que lui, de l'assassiner, mais il lui répondit qu'il ne craignait que Allâh le Seigneur des Mondes et qu'il ne ferait pas la même chose que lui.

Le "nafs" de Qâbîl lui facilita cette désobéissance et l'encouragea en lui présentant l'assassinat de son frère comme quelque chose de négligeable. On rapporte qu'il ne savait pas comment le tuer. 'Iblîs le maudit vint à lui avec une forme portant un oiseau et il se mit à le frapper sur sa tête avec une pierre pour apprendre ainsi à Qâbîl comment faire avec son frère.

Ensuite Qâbîl alla trouver son frère, emportant avec lui une grosse pierre. Le trouvant endormi, il se rapprocha de lui en cachette pour ne pas le réveiller et en un instant il le frappa avec cette pierre sur la tête et la lui fracassa. Le sang coula jusqu'à la mort. Il fut ainsi le premier à avoir assassiné quelqu'un sans droit. Lorsque Qâbîl eut assassiné son frère, il se mit à réfléchir : "Que faire maintenant ?"

Il mit son frère assassiné dans un sac d'animal et le transporta autour de ses épaules. Il marcha avec dans les prairies jusqu'à ce que le corps de Hâbîl commence à changer. Qâbîl senti les fauves et les oiseaux rôder tout autour et au-dessus de lui, attendant qu'il jette le cadavre pour le consommer.

Tandis qu'il était ainsi, perdu dans sa réflexion, deux corbeaux vinrent et se combattirent devant Qâbîl. L'un d'entre eux tua l'autre puis se posa au sol pour lui creuser un trou avec son bec.

Bien que Qâbîl connut l'enterrement, il avait laissé son frère à la surface de la terre en signe de rabaissement. Allâh envoya un corbeau qui creusa la terre et la dispersa avec son bec sur le corps de Hâbîl pour l'enterrer. C'est alors que Qâbîl dit : "Malheur à moi, serais-je incapable de faire pareil à ce corbeau pour dissimuler le cadavre de mon frère ?" Il passa au nombre de ceux qui ont regretté, ayant vu ainsi l'honneur que Allâh ta"âlâ avait accordé à Hâbîl le bon puisqu'Il avait chargé pour lui un corbeau qui l'avait recouvert.

Par la suite notre maître 'Adam "alayhi s-salâm, Hawwâ' et leurs enfants furent mécontents de Qâbîl en raison de l'assassinat de son frère. Lorsqu'ils surent où il était enterré, ils vinrent auprès de sa tombe et pleurèrent des jours pour la perte de Hâbîl. Or Qâbîl étant sur le sommet d'une montagne, un taureau le percuta et il tomba au bas de la montagne et mourut.

Nous rappelons que Qâbîl qui avait assassiné son frère Hâbîl était musulman, tout comme la totalité des enfants de 'Adam qui étaient présents à son époque. Il n'était pas mécréant mais il était désobéissant, ayant commis un grand péché en assassinant son frère injustement. L'origine de ce récit et son résumé est cité dans le Qour'ân pour mettre en garde les fils de 'Isrâ'îl de l'envie qu'ils avaient manifesté à l'égard de notre maître MouHammad et à l'égard de son appel, afin de montrer que la jalousie peut mener à des conséquences difficile tout comme cela eut lieu entre Qâbîl et Hâbîl le bon.