Les obligations du woudou’ –la petite ablution–

Parmi les conditions de validité de la prière, il y a le woudou' la petite ablution dont les piliers sont au nombre de six :

 

Commentaire : Le woudou la petite ablution a été rendu obligatoire lorsque la prière elle-même a été rendue obligatoire.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :dont les piliers sont au nombre de six :

 

Commentaire : Cela signifie que les obligations du woudou (la petite ablution) sont au nombre de six. Quatre sont connues par le Livre et la Sounnah, et deux par la Sounnah. Le lavage du visage, des mains et des avant-bras, le passage de la main mouillée sur la tête et le lavage des pieds, ces quatre obligations sont connues par le Livre et la Sounnah. Quant à l’intention et l’ordre, elles sont connues par le hadith.

 


Le premier : faire l'intention de la purification

faire l'intention de la purification pour la prière, ou d'autres parmi celles qui sont valables, pendant le lavage du visage, c'est-à-dire en faisant coïncider l’intention avec le lavage du visage, selon Ach-Chafi"iyy. L'intention est suffisante si elle a lieu peu de temps avant le lavage du visage selon Malik.

 

Commentaire : La première des obligations du woudou (la petite ablution) est l’intention. Il est indispensable pour sa validité de faire une intention valable comme de faire l’intention avec le cœur de la purification pour la prière. La prononcer sans l’avoir présente dans son cœur n’est pas suffisant. Ou encore faire l’intention de l’obligation du woudou (farda l-woudou’) ou du woudou seul ou de faire l’intention de se rendre permise ce que ne peut pas faire une personne qui n’a pas le woudou comme par exemple de faire l’intention de se rendre permise la prière ou de se rendre permis le fait de toucher le Mous-haf.

Ainsi, celui qui fait le woudou avec l’intention d’une des choses qui viennent d’être citées, il lui est permis la prière et autre. L’intention de se rendre permis ce pour quoi la purification est recommandée comme la récitation du Qour’an n’est pas suffisante.

Il est un devoir que cette intention selon l’école de l’Imam Ach-Chafi"iyy ait lieu lors du lavage du visage c’est-à-dire simultanément avec le lavage de la première partie du visage c’est-à-dire lorsque l’eau touche la première partie du visage. Si l’intention est simultanée avec le début du lavage du visage, elle est suffisante. Mais s’il a lavé une partie du visage avant cette intention et qu’il a fait par la suite l’intention durant le lavage du visage, il lui est alors obligatoire de relaver cette partie.



Le deuxième : Laver le visage en entier

Laver le visage en entier, c'est-à-dire de la limite habituelle du cuir chevelu jusqu'au menton et d'une oreille à l'autre, poils et peau, à l'exception de l'intérieur de la barbe de l'homme si elle est épaisse.

 

Commentaire : La deuxième des obligations du woudou (la petite ablution) est le lavage du visage en entier.

Ce qui est visé ici c’est le lavage de ce qui en est apparent. Il n’est donc pas obligatoire de laver l’intérieur de l’œil, de la bouche, ni du nez. La limite du visage est à partir de la limite habituelle du cuir chevelu, en considérant la majorité des gens, jusqu’au menton. Le menton est le point de rencontre des deux parties de la mâchoire inférieure à savoir des deux os qui sont en dessous des oreilles et qui se rencontrent en bas du visage. Leur point de rencontre s’appelle menton. C’est cela la limite du visage en longueur. Quant à sa limite en largeur, c’est d’une oreille à l’autre. Les deux oreilles ne font donc pas partie du visage et il n’est pas un devoir de les laver. Ce qu’il est plutôt un devoir de laver c’est ce qui se trouve entre les deux. Tout ce qui est compris dans cette partie que ce soit des poils ou la peau, il est obligatoire de le laver. [1] Parmi ce qu’il est un devoir de laver, il y a al-ghamam qui sont des poils qui poussent sur le front car ceci n’est pas quelque chose qui touche la majorité des gens. Par ailleurs, il n’est pas un devoir de laver la partie du crâne qui s’est retrouvée dégarnie. Ainsi, celui qui a perdu les cheveux à l’avant du crâne, il ne lui est pas un devoir de le laver avec le visage. Parmi ce qu’il est un devoir de laver du visage, il y a la rougeur des lèvres qui est apparente lorsque l’on ferme la bouche, contrairement à ce qui n’en apparaît pas lorsque l’on colle une lèvre contre l’autre. Il n’est pas un devoir de laver cette dernière partie. Est excepté de cela l’intérieur de la barbe de l’homme si elle est épaisse ainsi que les poils qui poussent sur la partie du visage qui se trouve au niveau des deux os de la mâchoire inférieure –favoris– lorsqu’ils sont épais. Ce qui est épais c’est ce qui ne laisse pas paraître la peau à travers. Si les poils de la barbe ne sont pas épais, il est un devoir d’en laver la partie intérieure. Les savants de jurisprudence ont dit : Il est un devoir de laver une partie de tous les côtés du visage pour s’assurer d’avoir bien lavé le visage [2].



[1]Al-Jouwayniyy a dit : On tend un fil à partir de la limite habituelle du cuir chevelu jusqu’au haut des oreilles. Tout ce qui est en deçà de ce fil, du côté du visage, il est un devoir de le laver.

[2] Et ceci est réalisé même avec l’épaisseur d’un ongle.



Le troisième : Laver les mains et les avant-bras, coudes compris

Laver les mains et les avant-bras, coudes compris, et ce qu'il y a dessus.

 

Commentaire : La troisième des obligations du woudou (la petite ablution) c’est le lavage des mains avec les avant-bras coudes compris y compris éventuellement une main supplémentaire qui aurait poussé au même endroit et qu’on n'arrive pas à distinguer de la main d’origine. Le coude est le point de rencontre du bras et de l’avant-bras. Ainsi, la parole de Allah ta"ala :


[ وَأَيْدِيَكُمْ إِلَى الْمَرَافِقِ ]

 

(wa ‘aydiyakoum ‘ila l-marafiqi) [sourat Al-Ma’idah / 7] ce qui signifie : « Et vos mains et vos avant-bras jusqu'aux coudes » signifie avec les coudes. Si les coudes sont délaissés, le woudou n’est pas valable. En effet, il a été confirmé du Prophète r qu’il lavait bien ses coudes et qu’il ne s’arrêtait pas juste avant. Si une partie de ce qu’il est un devoir de laver a été amputée, il est un devoir de laver ce qui reste. Il est également un devoir de laver ce qu’il y a dessus comme les poils même s’ils sont épais et longs. Il est un devoir de laver les ongles également ainsi que les fissures. Ainsi, si sur sa main il y a des fissures, il est un devoir d’y faire parvenir l’eau. Par contre si une épine n’est plus apparente et qu’elle a pénétré la peau, il n’est pas un devoir de la faire sortir pour laver son emplacement. Si par contre elle était encore apparente et non voilée, on la fait sortir. Il suffit de laver la croûte d’une blessure et il n’est pas un devoir de l’enlever ou de l’éliminer. Si par ailleurs il l’a éliminée après avoir fini le woudou, il n’est pas un devoir de laver ce qui apparaît.



Le quatrième : Passer la main mouillée sur la tête

Passer la main mouillée sur la tête ou une partie de la tête, ne serait-ce que sur un cheveu dans la limite du crâne.

 

Commentaire : La quatrième des obligations du woudou, c’est le passage de la main mouillée sur une partie de la tête. Ce qui est obligatoire dans l’école de l’Imam Ach-Chafi"iyy, que Allah l’agrée, c’est de passer la main mouillée sur une partie des cheveux de la tête, ne fût-ce qu’une partie d’un cheveu ou même une partie de la tête qui ne comporte pas de cheveux. Seulement il est une condition pour le cheveu qu’il soit compris dans la limite du crâne [1]. Ainsi, s’il a passé la main mouillée sur la partie qui est en dehors de la limite du crâne, le cheveu étant tendu vers l’extérieur du crâne, cela n’est pas suffisant. S’il met sa main mouillée ou un tissu mouillé d’eau sur sa tête de sorte que l’humidité parvienne à la tête, cela suffit.



[1] la limite du crâne est de la limite habituelle du cuir chevelu jusqu’à l’occiput.



Le cinquième : Laver les pieds chevilles comprises

Laver les pieds chevilles comprises ou bien passer la main mouillée sur les bottines (al-khouff) si les conditions en sont remplies.

 

Commentaire : La cinquième des obligations du woudou, c’est le lavage des pieds avec les chevilles, y compris ce qu’il y a dessus comme poils et protubérances [1], ainsi que les fissures et ce qui est de cet ordre. Ceci dans le cas de quelqu’un qui ne porte pas de bottines. Quant à celui qui porte des bottines et qui en remplit les conditions, il lui suffit de passer la main mouillée sur les bottines au lieu de laver les pieds.



[1] c’est-à-dire le morceau de chair qui pousse sur l’avant bras, sur les doigts ou sur toute autre partie du corps.



Le sixième : Respecter cet ordre-là.

Respecter cet ordre-là.

 

Commentaire : La sixième obligation du woudou, c’est de commencer de laver le visage en ayant en même temps l’intention présente. Ensuite de laver les deux mains et les avant-bras, puis de passer la main mouillée sur la tête puis de laver les pieds. S’il délaisse l’ordre comme en faisant l’une de ces choses citées avant ce qui la précède, cen’est pas valable. Par contre, si l’ordre est virtuellement réalisé, cela est suffisant. C’est comme par exemple dans le cas de quelqu’un qui se serait plongé dans l’eau avec l’intention et qui en est sorti sans y être resté un temps suffisant pour réaliser véritablement l’ordre.