Les péchés du corps

   بسم الله الرحمان الرحيم  


Parmi les péchés du corps, il y a le 


   * le "ouqouq envers les parents.

Commentaire : Le "ouqouq envers les parents signifie leur faire une nuisance qui n’est pas négligeable. Ceci fait partie des plus grands des grands péchés au point qu’il est parvenu à ce sujet un hadith : (thalathah la yadkhoulouna l-jannah) ce qui signifie : « Trois catégories de personnes n’entreront pas au paradis parmi les premiers » et il a cité parmi eux celui qui fait le "ouqouq envers ses parents.


   * Rompre les liens avec ses proches.

Commentaire : La rupture des liens a lieu en ne leur rendant pas visite lorsqu’ils ont une joie ou une tristesse ou encore en n’agissant pas avec bienfaisance envers eux tout en en étant capable, s’ils sont dans la nécessité et ceci fait partie des grands péchés.


   *Nuire à son voisin.

Commentaire : Cela se produit par exemple en prenant connaissance de ses intimités ou en construisant quelque chose qui lui nuit et qu’il n’a pas le droit de construire selon la Loi.


   * Se teindre les cheveux en noir, certains savants moujtahid l'ayant autorisé si cela n'aboutit pas à tromper les gens ni à les induire en erreur.

Commentaire : Si les cheveux gris sont teints en noir c’est interdit pour les hommes tout comme pour les femmes selon l’école de l’Imam Ach-Chafi"iyy.


   * Que les hommes se féminisent

Commentaire : Que les hommes se féminisent est interdit et fait partie des grands péchés. Cela a lieu en portant quelque chose qui est spécifique aux femmes. Quant à ce qui n’est pas spécifique aux femmes, même si beaucoup d’entre elles le mettent, cela n’est pas interdit. Si par exemple une femme met un turban comme les hommes, ceci est une assimilation. Quant à ce qui est porté sur la tête qui n’est pas sous la forme d’un turban, cela n’est pas interdit pour les femmes, il est parvenu dans le hadith sahih : (La^ana l-Lahou l-moutachabbihina mina r-rijali bi n-niça’i, wa l-moutachabbihati mina n-niça’i bi r-rijal) ce qui signifie : « Allah maudit les hommes qui font des choses pour ressembler aux femmes et les femmes qui font des choses pour ressembler aux hommes ».

Et l'inverse, c'est-à-dire en portant ce qui est spécifique au sexe opposé, que ce soit des habits ou autre chose.

Commentaire : L’inverse également est interdit et fait partie des grands péchés. Cette assimilation a lieu en portant ce qui est spécifique à l’un des deux sexes. Ce qui est spécifique aux hommes est interdit aux femmes et ce qui est spécifique aux femmes est interdit aux hommes.


   * Porter des vêtements qui descendent en dessous de la cheville par vanité .

Commentaire : Porter des vêtements qui descendent, que ce soit un pagne ou un pantalon, en dessous de la cheville, si c’est par vanité, si c’est par orgueil, c’est interdit pour les hommes. Mais si ce n’est pas par vanité, ce n’est pas interdit. Si ce n’est pas par vanité c’est déconseillé


   * Mettre du henné sur les mains ou sur les pieds pour les hommes sans nécessité.

Commentaire : Parmi ce qui constitue une assimilation aux femmes et qui est interdit, il y a le fait de se teindre, avec du henné, les mains et les pieds pour les hommes. Quant au henné dans les cheveux, en raison des cheveux gris, cela est permis pour les hommes comme pour les femmes.


   * Interrompre un rituel obligatoire sans excuse.

Commentaire : Parmi les péchés du corps il y a interrompre une obligation sans excuse. Parmi les excuses, il y a par exemple le fait qu’on lui vole ses vêtements ou ses biens. Dans pareil cas, il lui est permis d’interrompre sa prière pour empêcher qu’on les lui vole s’il n’a pas d’autre moyen que cela.

interrompre une obligation sans excuse que ce soit accompli dans son temps ou par rattrapage, même s’il a encore le temps de le faire plus tard, que ce soit une prière ou autre.


   * Interrompre un hajj ou une "oumrah surérogatoires .

Commentaire : Il est interdit d’interrompre le pèlerinage ou la "oumrah surérogatoires après les avoir entamés. Mais pour ce qui est de la prière surérogatoire ou le jeûne surérogatoire, les interrompre n’est pas interdit. Il les interrompt quand il veut.

Interrompre un hajj ou une "oumrah surérogatoires et ce, car en commençant à les accomplir, ils deviennent obligatoires. C’est un devoir que de les continuer jusqu’à la fin car ils ont les mêmes intentions et expiations et autre que leurs équivalents obligatoires


   * Imiter un croyant pour se moquer de lui .

Commentaire : Imiter un musulman pour se moquer de lui est interdit. Par exemple une personne imite une autre personne qui boîte pour se moquer d’elle. Elle marche comme elle pour faire rire les gens, cela est interdit.

Imiter un croyant pour se moquer de lui dans une parole, un acte ou un geste.


   * Épier les gens.

Commentaire : Prendre connaissance des intimités des gens est interdit. Les intimités ce sont les choses intimes dont la personne n’aime pas qu’on prenne connaissance. Ce n’est pas regarder ses parties intimes, la partie du corps. Ici, ce qui est visé, c’est de chercher les défauts. Il pose des questions, il cherche ce qu'Untel a fait, pour le citer auprès des gens, et cela lui nuit s’il en prenait connaissance.


   * Le tatouage.

Commentaire : Le tatouage est également interdit. Le tatouage c’est se piquer la peau avec une aiguille pour que le sang sorte et il met quelque chose de noir ou de vert dessus. Ceci est très fréquent en Syrie, en Jordanie et au Liban.


   * Rompre toutes les relations avec un musulman plus de trois jours, sauf s'il y a une excuse légale.

Commentaire : Rompre toutes les relations avec un musulman plus de trois jours est interdit, sauf s'il y a une raison légale. Dans ce cas, il lui est permis de rompre avec lui jusqu’à la fin de sa vie. Si tu dis à quelqu’un « fais la prière » et qu’il ne fait pas la prière ou tu lui dis « abandonne l’alcool » et il ne l’abandonne pas, il t’est permis de rompre les relations avec lui, même si c’est un proche parent, jusqu’à ce qu’il fasse le repentir. La rupture des liens ici c’est que tu le rencontres sur le chemin et tu te détournes de lui sans lui passer le salam, tu lui tournes le dos.


   * Tenir compagnie à quelqu’un dont la croyance présente une mauvaise innovation ou à un grand pécheur au moment où il commet son péché.

Commentaire : Le mauvais innovateur c’est celui dont la croyance est contraire à la croyance de Ahlou s-Sounnah comme le wahhabite assimilationniste, ou le kharijiyy, le mou^taziliyy, le mourji’, et leurs semblables. Quant au grand pécheur, c’est celui qui commet le grand péché, celui dont la croyance est contraire à celle de Ahlou s-Sounnah. Parmi eux, il y a ceux qui sont mécréants et parmi eux il y a ceux qui sont musulmans grand pécheurs. Ceux-là, s’il leur tient compagnie pour les aider dans leur perversité, cela n’est pas permis. Mais le simple fait de rester avec eux, sans désobéissance, cela n’est pas interdit.


   * Porter de l'or, de l'argent métal , de la soie ou quelque chose dont la soie fait plus de la moitié du poids, pour les hommes

Commentaire : Porter de la soie est interdit pour l’homme pubère et ce qui est un mélange de soie et d’autre chose. Si la soie qui y est contenue dépasse en poids le reste, cela n’est pas permis pour l’homme.


   * exceptée la bague en argent.

Commentaire : Porter l’or ou l’argent métal est interdit pour l’homme, mis à part la bague en argent. Il est également interdit pour l’homme de porter un bracelet en argent ou un collier.

Parmi les péchés du corps il y a porter de l’or dans l’absolu ou de l’argent mis à part la bague pour l’homme pubère.


   * Rester seul à seul avec une 'ajnabiyyah sans pouvoir être vu par une tierce personne devant qui on éprouverait de la pudeur.

Commentaire : Il n’est pas permis à l’homme de rester seul en présence d’une femme ‘ajnabiyyah. Mais s’il y a quelqu’un d’autre devant lequel il éprouverait de la pudeur, comme un garçon de 9 ans, même s’il n’est pas pubère, ce n’est pas une khalwah interdite.


   * Le voyage de la femme non accompagnée d'un mahram ou de quelqu'un ayant un statut analogue.

Commentaire : Lorsque la femme voyage sans mahram ni époux, sans nécessité, elle commet un péché . Et il est une condition que ce mahram soit pubère.

Mais s’il y a une nécessité, comme si elle émigrait du pays de mécréance vers un pays d’Islam, ou si son voyage était pour accomplir le pèlerinage obligatoire ou la "oumrah obligatoire ou pour apprendre la science obligatoire si elle ne trouvait pas dans son pays qui lui enseigne, et ce qui est du même ordre, dans ce cas c’est permis.


   * Prendre à son service un homme libre, de force.

Commentaire : Il est interdit de contraindre un musulman libre au service. S’il le contraint à travailler pour son compte, comme s’il était son esclave, c’est interdit.


   * L'hostilité envers un saint .

Commentaire : Prendre un saint pour ennemi et le combattre est interdit, comme ceux qui ont combattu notre maître "Aliyy, que Allah l’agrée.

Le saint c’est le croyant qui est sur la droiture dans l’obéissance à Allah c'est-à-dire qui fait les devoirs, qui évite les interdits et qui multiplie les actes surérogatoires.


   * Aider à commettre un péché.

Commentaire : Aider à commettre un péché, quel qu’il soit, est interdit. Les péchés sont nombreux. Pour tous les péchés, il est interdit d’aider à les commettre.


   * L’escroquerie par contrefaçon .

Commentaire : Il est interdit de faire circuler de la monnaie qui est fausse. Ce n’est pas comme la marchandise qui comporte un défaut. S’il vend une telle marchandise en indiquant son défaut, cela est permis. Mais les monnaies se déplacent de main en main. Elles ne sont pas acquises pour être mangées ni pour être portées comme un vêtement qui va s’user.

L’escroquerie par contrefaçon ceci rentre dans le cadre de la tromperie et de la consommation des biens des gens injustement


   * Utiliser des ustensiles en or ou en argent ou bien les acquérir .

Commentaire : Comme celui qui mange dans un bol en or ou en argent ou qui boit avec une cuillère, en ces deux métaux, cela est interdit et fait partie des grands péchés.

Utiliser des ustensiles en or ou en argent: l’utilisation ici c’est en mangeant dedans ou en buvant dedans.

Les acquérir c’est acheter pareils ustensiles sans les utiliser, même si dans le cœur de celui qui les acquiert il n’y avait pas l’objectif de les utiliser.


   * Délaisser un acte obligatoire ou l'effectuer en délaissant l’un de ses piliers ou l’une de ses conditions, ou bien l'effectuer en faisant ce qui l'annule.

Commentaire : Il est interdit de délaisser une obligation. Egalement, il est interdit de la faire en délaissant une de ses conditions ou un de ses piliers.


   * Délaisser la prière du vendredi pour quelqu’un à qui elle est obligatoire même s'il fait la prière du dhouhr.

Commentaire : Délaisser la prière du vendredi pour celui pour qui elle est obligatoire est interdit même s’il avait l’intention d’accomplir la prière du dhouhr à la place.


   * Que les habitants d'un lieu tel qu'un village délaissent les assemblées des prières obligatoires .

Commentaire : Si les gens d’un village ont délaissé les prières en assemblée, ils se chargent d’un péché. Ce qui est visé par « les gens d’un village », ce sont même les nomades qui installent une tente dans un endroit pour un, deux ou trois mois. Ceux-là, la prière en assemblée devient obligatoire pour eux.

Il s’agit des cinq prières obligatoires. Si tous les hommes responsables de la ville ont délaissé [la prière en assemblée pour les cinq prières obligatoires] sans excuse, ils sont tous dans le péché et la prière en assemblée n’est pas obligatoire pour les femmes.


   * Retarder l'accomplissement d'un devoir jusqu'après son temps sans excuse valable .

Comme celui qui retarde la prière du dhouhr par rapport à son temps jusqu’à l’entrée du temps de al-^asr sans excuse. Cela est un grand péché.


   * Chasser un gibier avec ce qui tue par son impact et qui fait sortir l’âme rapidement comme une pierre.

Commentaire : Chasser un gibier avec ce qui tue par son impact et qui fait sortir l’âme rapidement est interdit, contrairement au fait de tuer un gibier avec quelque chose de tranchant.

Ce qui tue par son impact c’est comme par exemple un rocher


   * Prendre un animal pour cible.

Commentaire : Il est interdit de prendre un animal pour cible c'est-à-dire pour tirer dessus.


   * Ne pas rester à domicile pour celle qui est en période d'attente post maritale sans excuse valable .

Commentaire : Si la femme qui est en période d’attente post maritale ne reste pas chez elle, dans la maison où son mari est mort, alors elle commet un péché. Il est un devoir d’y rester jusqu’à ce que s’écoule la période d’attente post maritale. Quant à celle qui a été divorcée, il lui est permis de sortir pour n’importe quel besoin, mais elle doit rentrer pour dormir dans la maison.

Il est un devoir pour la femme dont le mari est mort d’attendre une période post maritale de quatre mois lunaires et dix jours.


   * Délaisser l'endeuillement pour la mort de l'époux.

Commentaire : Délaisser l’endeuillement pour la mort de l’époux est interdit. L’endeuillement signifie ne pas s’embellir et ne pas se parfumer. C’est un devoir pour celle dont le mari est mort de délaisser l’embellissement et le parfum.

Information utile : Il est permis à celle qui est en période d’attente post maritale suite à la mort de son mari d’adresser la parole aux hommes ‘ajnabiyy, de les rencontrer et de s’asseoir dans son balcon, et ce, par l’Unanimité.


   * Souiller la mosquée avec des najaçah ou avec une substance répugnante même si ce n’est pas une najaçah.

Commentaire : Souiller la mosquée est interdit. Souiller la mosquée avec quelque chose de pur mais qui est répugnant comme les sécrétions nasales est interdit.


   * Négliger jusqu’à sa mort l'accomplissement du hajj après en avoir eu les moyens .

Commentaire : Retarder le pèlerinage jusqu’à la mort en étant capable est interdit.

Celui qui est capable d’accomplir le pèlerinage et s’est mis à le négliger c'est-à-dire qu’il ne fait pas le pèlerinage cette année et ne fait pas l’intention de faire le pèlerinage l’année d’après ni celle d’après, dans ce cas il est désobéissant. L’obligation du pèlerinage même si elle est ^ala t-tarakhi selon l’Imam Ach-Chafi"iyy et d’autres imams, mais si celui qui est capable ne l’a pas accompli jusqu’à ce qu’il meure sans avoir fait le pèlerinage, il sera jugé grand pécheur. Donc "ala t-tarakhi c'est-à-dire s’il peut cette année et qu’il ne fait pas le pèlerinage, selon l’imam Ach-Chafi"iyy, il lui est permis de retarder à l’année d’après [à condition qu’il ne néglige pas son accomplissement jusqu’à la mort sans le faire].


   * S'endetter pour celui qui n'espère pas pouvoir rembourser grâce à des ressources clairement envisagées

Commentaire : Chercher à emprunter de l’argent si la personne n’est pas capable de rembourser cette dette à partir d’une ressource clairement envisagée, cela est interdit.


Sans que son créancier ne soit au courant de la situation .

Commentaire : Ceci est dans le cas où le créancier ignore l’état de l’emprunteur. En revanche, s’il est au courant de la situation de l’emprunteur et qu’il accepte de lui prêter, cela est permis.

Sans que son créancier ne soit au courant de la situation c'est-à-dire que le créancier n’a pas accepté d’accorder le prêt dans ce cas de manière claire.


   * Ne pas accepter d'ajourner la dette d’un débiteur qui est dans l'incapacité de rembourser.

Commentaire : Il est interdit de refuser l’ajournement de la dette d’un débiteur qui est dans l’incapacité de rembourser. Si quelqu’un n’a pas la capacité de rembourser sa dette, c’est un devoir que de l’ajourner jusqu’à ce qu’il soit capable de rembourser. Mais si le créancier lui nuit, il aura commis un péché.


   * Dépenser de l'argent dans un péché.

Commentaire : Il est interdit de dépenser de l’argent dans un péché.

Comme ce qui est donné pour les chanteuses et les chanteurs à titre de salaire pour eux. Cela est interdit.


   * Manquer de considération envers le livre du Qour'an et envers toute science de la religion.

Commentaire : Rabaisser le livre du Qour’an est de la mécréance. C’est le cas également du rabaissement de toute science de la Loi de l’Islam. Mais manquer de considération, c'est-à-dire faire ce qui indique le manquement à sa glorification, comme par exemple porter le Mous-haf sans woudou’, cela est interdit mais n’est pas de la mécréance.


   * Permettre à un enfant qui a la distinction de toucher le livre du Qour'an s'il n'a pas fait la purification rituelle.

Commentaire : Permettre à l’enfant qui a atteint la distinction de toucher le Mous-haf sans besoin d’apprentisage et dans le cas où il n’a pas la purification, cela est interdit. Et si l’enfant n’a pas atteint la distinction, on ne lui permet absolument pas de toucher le Mous-haf. Quant à celui qui a atteint la distinction, si c’est pour le besoin d’apprentissage, pour étudier, on lui permet de le toucher même s’il n’a pas la purification rituelle.


   * Changer les bornes des terrains, c'est-à-dire repousser les limites de séparation entre sa propriété et celle de quelqu'un d'autre.

Commentaire : Changer les bornes des terrains qui séparent sa propriété et la propriété de son voisin c’est comme par exemple intégrer une partie de la propriété de son voisin dans sa propriété. Cela est interdit.


   * Disposer de la rue en y faisant ce qu’il n'est pas permis d’y faire.

Commentaire : Disposer de la rue en y faisant ce qu’il n’est pas permis et qui nuit aux passants, c’est comme par exemple s’il rend le passage étroit pour des passants. Cela est interdit. Ou si c’est quelque chose qui porte préjudice aux passants comme s’il plaçait sur le chemin quelque chose qui fait trébucher les gens. Cela n’est pas permis.

La rue est le nom du chemin qui n’est pas sans issue


   * Utiliser un objet emprunté pour un autre usage que celui pour lequel on a été autorisé , ou prolonger l'emprunt au-delà de la durée autorisée

Commentaire : Il est interdit d’utiliser l’objet emprunté au-delà de la période autorisée, ou pour en faire un autre usage que celui pour lequel il a été autorisé. Les deux sont interdits.

Utiliser un objet emprunté pour un autre usage que celui pour lequel on a été autorisé: comme s’il voulait emprunter une voiture et que son propriétaire lui a dit « je te prête cette voiture pour que tu l’utilise de Jeddah à Médine » et que l’emprunteur l’a pris de Jeddah jusqu’à Tabouk celui-là aura désobéi à Allah, car il l’a utilisé pour un autre usage que celui pour lequel il a été autorisé.

ou prolonger l'emprunt au-delà de la durée autorisée: comme s’il lui a dit « je te prête cette voiture pour trois jours » et lui l’utilise quatre jours, celui-là aura désobéi à Allah.


   * Ou le prêter à quelqu'un d'autre.

Commentaire : S’il prête cet objet sans l’autorisation du propriétaire à d’autres personnes, cela n’est pas permis.


   * Se réserver quelque chose de public , comme le pâturage

Commentaire : Celui qui empêche les gens d’utiliser quelque chose de public et le monopolise pour lui-même, comme des pâturages pour des animaux, si ce pâturage n’a pas de propriétaire, celui qui agit de la sorte aura commis un péché. L’eau également, si c’est une eau de source et qu’il la monopolise et qu’il empêche les gens d’y accéder, cela aussi est interdit.

Se réserver quelque chose de public: c'est-à-dire qu’il empêche les gens d’accéder à ce qui est public, pour un usage général ou particulier


   * Le ramassage du bois dans un terrain sans propriétaire, l'exploitation d'un gisement de sel , des deux monnaies précieuses ou autres

Commentaire : Celui qui empêche autrui de ramasser du bois d’un terrain qui n’a pas de propriétaire aura désobéi. Egalement celui qui empêche d’accéder à quelque chose qui est extraite de son gisement, cela aussi est interdit.
Egalement celui qui empêche autrui de prendre du sel à partir de l’endroit dans lequel Allah l’a créé sur terre, celui là aura désobéi à Allah.
Celui qui empêche les gens de prendre de l’or ou de l’argent métal que Allah a créé dans une terre qui n’a pas de propriétaire, celui là aura désobéi à Allah

C'est-à-dire monopoliser ces ressources et empêcher les gens de faire paître leur bétail, et se réserver l'eau qui se renouvelle c'est-à-dire celle qui est remplacée naturellement lorsqu'on en prend.

Commentaire : Si quand on prend à partir de l’eau une quantité donnée, une autre quantité la remplace, par exemple, si elle sort de terre, empêcher les gens d’utiliser pareille eau est interdit c'est-à-dire empêcher autrui d’y accéder.


   * Utiliser un objet trouvé avant d’avoir réalisé l'annonce conformément à ses conditions de validité .

Commentaire : Utiliser un objet trouvé avant d’avoir fait l’annonce avec ses conditions est interdit. L’objet trouvé c’est ce qui a été perdu par son propriétaire, soit il est tombé ou par insouciance ou ce qui est de cet ordre, dans ce qui est de l’ordre d’une rue.


   * Rester dans un endroit en étant témoin d'une chose répréhensible , sans avoir d’excuse .

Commentaire : Rester sans excuse dans un endroit ou quelque chose de répréhensible est faite est interdit. Ceci vaut dans le cas où il n’y a pas de besoin pour qu’il s’asseoit. Mais s’il y a un besoin, par exemple, s’il est entré dans un restaurant et qu’il s’est assis sur une chaise pour manger et qu’un autre s’est assis et a demandé de l’alcool ou ce qui est du même ordre. Celui qui s’est assis pour consommer une nourriture licite ne commet pas de péché mais il doit renier s’il le peut.

Rester dans un endroit en étant témoin d'une chose répréhensible tout en sachant qu’il y a cette chose répréhensible dans cet endroit.

sans avoir d’excuse: comme si par exemple il pouvait faire cesser cette chose répréhensible par lui-même ou par quelqu’un d’autre mais il ne l’a pas fait ou s’il pouvait quitter l’endroit et qu’il ne l’a pas fait.


   * Faire l'intrus dans les banquets c'est-à-dire y entrer sans permission ou quand les hôtes en ont permis l'entrée par timidité.

Commentaire : Entrer sans permission dans un endroit où il y a un banquet ou si les gens l’ont fait entrer par timidité et non par bonté de cœur, cela est interdit.


   * Que la femme sorte en passant à côté des hommes 'ajnabiyy dans le but de les tenter .

Commentaire : Il est interdit à la femme de sortir dans l’intention de provoquer les hommes ‘ajnabiyy surtout si elle est embellie ou parfumée. Mais si elle n’avait pas pour objectif de provoquer les hommes, dans ce cas il ne lui est pas interdit de sortir parfumée ou embellie. S’il lui était interdit de sortir parfumée qu’elle ait l’intention de provoquer les hommes ou pas, il n’y aurait pas eu de différence entre les deux situations, forcément alors ce n’est pas interdit si elle n’avait pas pour objectif de provoquer les hommes par son parfum ou son embellissement.

Mais si elle sort parfumée ou embellie en ayant voilé ce qu’elle doit voiler de son corps et que son intention n’était pas de provoquer les hommes au péché, il n’y a pas en cela plus que le caractère déconseillé, c'est-à-dire qu’elle ne désobéit pas.


   * La magie .

Commentaire : La magie est soit par l’intermédiaire des jinn, chaytan mécréants, ou en disant des paroles ou en faisant des actes malins. Dans certains cas ils se basent sur l’agilité, ils donnent l’illusion à l’observateur qu’ils ont tué quelqu’un, qu’ils lui ont coupé la tête, puis qu’ils l’ont ressuscité, cela également est interdit.

La magie est de différentes sortes. Il y a la magie qui nécessite de faire un acte de mécréance comme la prosternation pour le soleil ou la prosternation pour Iblis. Et il y a ce qui ne nécessite pas de mécréance mais qui reste un grand péché.


   * Se rebeller contre le Calife, comme ceux qui se sont rebellés contre ^Aliyy et qui l’ont combattu. Al-Bayhaqiyy a dit : « Tous ceux qui ont combattu ^Aliyy sont des injustes ». L'Imam Ach-Chafi^iyy a dit la même chose avant lui et ce, bien qu'il y ait eu parmi eux certains des meilleurs compagnons du Prophète. En effet, il n'est pas impossible qu’un saint commette un péché même s'il s'agit d'un grand péché.

Commentaire : Parmi ceux qui étaient aux cotés de Mou^awiyah , il n’y avait pas de saints. Mais ceux qui étaient sortis vers Al-Basrah et qui ont combattu ^Aliyy et avec lesquels il en avait terminé en moins d’une journée, ceux-là, il y avait parmi eux ceux qui étaient des meilleurs compagnons, les plus grands, deux d’entre eux et malgré cela, nous disons au sujet de ces deux-là qu’ils ont désobéi, ils sont tombés dans le péché. On ne dit pas « comment auraient-ils pu être des saints et commettre un grand péché ? ». En effet, ce n’est pas impossible qu’un saint commette un grand péché. Cependant, il mourra en ayant fait le repentir de ce péché.


   * Se charger de la tutelle d'un orphelin , d'une fonction liée à une mosquée, de la fonction de qadi ou ce qui est de cet ordre tout en sachant qu'on est incapable d'assumer cette charge.

Commentaire : Si quelqu’un sait qu’il ne peut assumer la fonction religieuse comme celle de Qadi c'est-à-dire d’être un juge pour les musulmans, il lui est interdit d’assurer cette fonction. Mais cela est permis pour celui qui sait de lui-même qu’il va l’assurer. Celui qui ne craint pas de manquer au droit, celui qui assume la tâche pour cela, il lui est permis de s’y engager.

Celui qui se charge de la tutelle d’un orphelin alors qu’il sait qu’il est incapable d’assumer cette tâche, cela lui est interdit.


   * Abriter un injuste et le protéger contre celui qui veut exercer son droit sur lui.

Commentaire : Abriter un injuste c’est-à-dire le protéger et empêcher celui qui veut prendre son droit de le reprendre de lui, cela est interdit. Comme si quelqu’un a tué injustement un autre et qu’un troisième l’a protégé afin que ceux dont il a tué le proche-parent ne récupèrent pas leur droit de lui, ou comme si quelqu’un protégeait une autre personne qui doit de l’argent pour ne pas rembourser le créancier, cela est interdit.


   * Effrayer les musulmans.

Commentaire : Comme s’il brandissait une barre en fer en faisant comme s’il allait le frapper même s’il n’avait pas pour objectif de le faire. Il voulait simplement lui faire peur, le terroriser. Cela est interdit.


   * Le brigandage qui est puni en fonction de la gravité du délit.

Commentaire : Barrer la route fait partie également des péchés du corps. Cela veut dire tendre un guet-apens et faire peur à ceux qui empruntent un chemin. Les brigands volent leur argent et il se peut qu’ils tuent et qu’ils dévalisent les voyageurs. Cela fait partie des grands péchés.


   * Il y a aussi ne pas respecter son vœu .

Commentaire : Parmi les péchés du corps également, il y a que celui qui fait le vœu ne respecte pas son vœu alors qu’il a la capacité de le faire.

La condition pour le voeu que l’on doit tenir est que la chose qui est promise doit être un acte qui fait rapprocher de l’agrément de Dieu et qui n’est pas un devoir. Ainsi, si quelqu’un fait pour voeu d’accomplir un acte obligatoire, comme les cinq prières, ce voeu n’est pas tenu, ni le voeu de délaisser un péché comme de boire de l’alcool. La condition est que ce soit un voeu qui porte sur un acte d’obéissance.


   * Jeûner en continu deux jours ou plus sans s'alimenter pour rompre le jeûne.

Commentaire : Jeûner en continu sans prendre ce qui rompt le jeûne, c'est-à-dire qu’il jeûne deux jours de suite ou plus, cela est interdit.


   * Prendre la place de quelqu’un ou encombrer quelqu’un d'une manière préjudiciable ou prendre son tour.

Commentaire : S’il a pris le tour d’autrui, cela est interdit. S’il y a de l’eau et qu’il n’est pas possible que tout le monde en prenne en même temps, mais seulement chacun son tour, celui qui est arrivé avant est prioritaire. Ensuite celui qui est venu après lui. Si quelqu’un bouscule celui qui est venu avant lui et qu’il lui prend son tour pour prendre de l’eau de la rivière, il commet un péché. C’est le même jugement pour ce qui est du même ordre que l’eau.

Ce qui est visé par « prendre la place de quelqu’un » ici c’est l’endroit public, comme si quelqu’un prenait la place d’un autre qui récitait le Qour’an dans la mosquée et qui s’est levé pour faire le woudou’ et revenir, alors qu’il savait cela.

Il n’est pas permis de nuire à quelqu’un d’autre en l’encombrant, en se tenant debout dans un endroit où il a le droit de se tenir debout comme la plage à la mer ou les berges de fleuves. Ce sont des endroits où le droit d’en profiter est public pour tous les musulmans. Il n’est donc pas permis de monopoliser les berges d’une rivière et les plages à la mer tout comme le font beaucoup de personnes de nos jours.