les péchés du coeur

           بسم الله ارحمان ارحيم         


 - l'insincérité dans les actes de bienfaisance qui est le fait d'agir pour plaire aux gens, c'est-à-dire pour rechercher leur éloge. Elle en annule les récompenses.

Commentaire : Parmi les péchés du cœur il y a agir avec insincérité. L’insincérité empêche d’obtenir la récompense et elle fait partie des grands péchés. 


 -  L'infatuation par l'obéissance à Allah,
c'est le fait d’observer son adoration comme provenant de soi-même en n’ayant pas à l’esprit qu'elle est un bienfait de la part de Allah.

Commentaire : Son acte lui plaît dans le sens qu’il se glorifie lui-même et qu’il s’attribue un mérite en l’ayant accompli. Il oublie que c’est Allah Qui lui en a fait grâce. 


 -  Le doute au sujet de Allah . - C'est-à-dire au sujet de Son existence ou de Sa puissance, ou de Son unicité, ou de Sa sagesse, ou de Son équité ou autre que cela parmi Ses attributs - . 

Commentaire : Le doute au sujet de Allah fait partie également des péchés du cœur et c’est une mécréance véritable.


 -  
Se laisser aller à commettre les péchés en comptant sur la miséricorde de Allah

Commentaire : Il se dit en lui-même « Allah ne va pas me châtier, Allah va me faire miséricorde, Il ne me châtiera pas ». 


 -  Et désespérer de la miséricorde de Allah . - C’est penser du mal de Allah et il croit que Allah ne lui pardonnera pas du tout et que sans aucun doute Il le châtiera compte tenu du grand nombre de ses péchés par exemple - .

 - Commentaire : Le désespoir de la miséricorde de Allah signifie de dire en soi « J’ai fait tel et tel péché, Allah ta"ala ne me fera pas miséricorde mais Il me châtiera ». Ceci s’appelle désespérer de la miséricorde de Allah. 


 -  
L'orgueil envers les esclaves de Allah, qui est le refus de la vérité énoncée par quelqu'un d'autre et le mépris des gens.

Commentaire : Faire preuve d’orgueil est interdit. Cela veut dire rejeter la vérité à celui qui l’a dite, tout en sachant qu'Untel dit vrai, mais malgré cela, il rejette ce qu’il dit. Ou bien il méprise les gens en raison de leur pauvreté ou d’une maladie dans leur corps, comme par exemple une cécité ou un handicap ou ce qui est du même ordre. 


 -  L'animosité, qui consiste à cacher en soi une hostilité, si on agit en conséquence et qu’on ne déteste pas ce sentiment.

Commentaire : L’animosité fait partie également des péchés du cœur. C’est cacher en soi une animosité envers un musulman. Par son cœur, il considère un musulman comme un ennemi. C’est un péché s’il agit en conséquence. S’il décide fermement de lui nuire, il sera désobéissant même s’il n’agit pas en conséquence. « Agir en conséquence » c'est-à-dire qu’il a œuvré avec la langue ou avec un acte. Cela est interdit. Par contre, s’il a caché en lui l’animosité mais qu’il n’a pas décidé de le frapper injustement par exemple, il ne tombe pas dans le péché.

Information utile : Ce n’est pas un devoir d’aimer chaque musulman lui-même, mais c’est un devoir d’aimer la globalité des vertueux.


 -
L'envie, c'est-à-dire détester qu’un musulman reçoive un bienfait, ne pas le supporter et agir selon ce sentiment.

Commentaire : L’envie est interdite, elle fait partie des péchés du cœur. C’est détester un bienfait que reçoit le musulman et souhaiter que ce bienfait lui soit ôté. S’il ne déteste pas ce sentiment de lui-même et qu’il agit en conséquence, c’est interdit. Mais s’il a détesté ce sentiment et qu’il n’a pas agit en conséquence, il ne commet pas de péché. Cependant, s’il souhaite au musulman qu’il tombe dans une désobéissance, ou s’il lui souhaite qu’il délaisse un devoir ou s’il lui souhaite qu’il soit un grand pécheur, c’est un désobéissant en lui souhaitant cela, même s’il n’a pas oeuvré. 


 -  Faire référence à une aumône antérieure pour faire du tort à son bénéficiaire ; cela en annule la récompense ; comme en disant à quelqu’un à qui on a donné une aumône : Ne t'ai-je pas donné telle chose, tel et tel jour ?

Commentaire : Ceci est un grand péché. C’est d’énumérer ses bienfaits à celui qui en aura profité, ou les citer à quelqu’un alors que le bénéficiaire ne veut pas que cet autre le sache.


 -  La persistance dans le péché.

Commentaire : La persistance dans le péché signifie multiplier les petits péchés au point qu’ils dépassent ses bonnes actions comme s’il regarde les femmes ajnabiyyah d’un regard de désir de sorte que ce nombre de regards dépasse le nombre de ses bonnes actions, alors il est chargé d’un grand péché.
Mais sinon le petit péché reste un petit péché. 


 -  
Penser que Allah ne va pas lui pardonner ses péchés et avoir de mauvaises pensées au sujet des esclaves de Allah lorsque c’est sans excuse légale
.
Commentaire : Penser que Allah ne va pas lui pardonner c’est de dire par exemple « Allah ta"ala ne me fera pas miséricorde ». Avoir de mauvaises pensées au sujet des esclaves de Allah c’est de dire par exemple « c’est Untel qui a volé », il est catégorique dans son cœur que Untel est celui qui a fait ce vol sans qu’il y ait de preuves dignes de considération. Il se dit en lui-même « c’est Untel qui a fait cette chose » il le dit dans son cœur, sans parler. Mais s’il a douté, ce n’est pas interdit. S’il a douté si c’est Untel qui a volé ou pas, sans parler, il ne commet pas de péché. 


 -  Nier la destinée . Comme croire qu’une des choses qui font partie de ce qui est possible selon la raison s’est produite sans que Allah ne l’ait prédestinée.

Commentaire : Nier la destinée est de la mécréance, c’est comme la croyance de Hizbou t-Tahrir. Ils disent que ce que nous faisons par notre propre choix n’est pas par la prédestination de Allah. Ils disent que c’est nous qui le créons et ceci est de la mécréance. 


 - Se réjouir du péché, qu’il provienne de soi ou de quelqu’un d’autre.

Commentaire : S’il commet une désobéissance et qu’il s’en est réjouit après l’avoir commise, lorsqu’il l’a commise il aura désobéi et après cela, lorsqu’il s’en souvient et qu’il s’en réjouit, il commet une autre désobéissance. Il en est de même s’il se réjouit de la désobéissance de quelqu’un d’autre. Il lui est parvenu une désobéissance, qu’Untel a frappé quelqu’un injustement par exemple et il s’en réjouit, ceci est interdit. 


 -  La traîtrise, même envers un mécréant. 

 - La perfidie
-C’est faire parvenir la nuisance au musulman d’une voie cachée et ceci fait partie des grands péchés -.

 - Détester les compagnons du Prophète , Al-‘Al du Prophète et les vertueux

Commentaire : Détester les compagnons est également interdit. S’il déteste la globalité des compagnons, c’est de la mécréance. Mais s’il déteste l’un d’entre eux pour une cause valable selon la Loi, ce n’est pas interdit. -Le compagnon est celui qui a rencontré le Messager, صلى الله عليه وسلم , d’une voie habituelle tout en étant croyant, et qui est mort sur la foi-

Ce qui est visé par Al-‘Al ici, ce sont les proches parents du Prophète,صلى الله عليه وسلم , qui étaient croyants, ainsi que ses épouses.
Il est visé par « vertueux », : les pieux. 


 -  
L’avarice en ce que Allah a ordonné de payer

Commentaire : S’il fait preuve d’avarice et ne donne pas ce qu’il lui est obligatoire de donner comme s’il a délaissé la charge obligatoire de son épouse ou de ses enfants, il les a affamés ou il ne les a pas vêtus, ou il s’est abstenu de payer la zakat, ou il s’est abstenu de sauver quelqu’un qui était affamé, cela est interdit. 


 -  Et la cupidité .

Commentaire : La cupidité c’est l’extrême avarice pour ne pas donner ce que Allah a ordonné de donner comme celui qui s’abstient de payer la zakat ou de sauver les nécessiteux. Ou encore chercher à ramasser de l’argent d’une voie interdite. La cupidité c’est de s’attacher à ramasser de l’argent d’une manière blâmable comme pour parvenir grâce à l’argent à être hautain à l’égard des gens, à faire preuve de fierté et à ne le dépenser que pour les passions de son âme.


 -  Manquer de considération envers ce que Allah a glorifié et minimiser ce que Allah a rendu important, que cela soit un acte d’obéissance, ou bien la gravité d’un péché , le Qour'an , la science de la religion, le paradis ou du châtiment en enfer

Manquer de considération envers ce que Allah a glorifié : C'est-à-dire ne pas accorder de considération à ce que Allah a glorifié comme toucher le Mous-haf sans avoir le woudou’.

ou bien la gravité d’un péché : Il n’est pas permis de dire au sujet d’une désobéissance, qu’elle soit petite ou grande « ça ne fait rien » et dans la langue cela veut dire qu’il n’y a pas de mal en cela. Celui qui dit au sujet d’une désobéissance, tout en sachant que c’est une désobéissance, cette phrase dans ce sens qu’il n’y a pas de mal à commettre de péché, il aura démenti la religion et il sera ainsi apostat.

le Qour'an : Comme ce qui est parvenu de la part de certains Tijjaniyy en Abyssinie qui manifestaient le fait de se passer du Qour’an grâce à l’invocation appelée salatou l-Fatih au point que l’un d’entre eux a dit ce qui signifie « pourquoi portez-vous ce lourd fardeau alors que nous nous passons de lui grâce à salatou l-Fatih ?» et il visait par cela le Qour’an. Ils considèrent qu’une seule récitation de cette invocation est équivalente à six mille récitations complètes du Qour’an et ceci est de la mécréance.
      
le paradis : Comme ce que disent certains charlatans qui se prétendent soufiyy, ils disent « le paradis est un jeu pour les enfants » et il est arrivé que l’un d’entre eux dise « le paradis est un joujou pour les enfants » et le jugement de cela est que c’est de l’apostasie.

ou du châtiment en enfer : Comme certains qui disent : « l’enfer est un hôpital » c'est-à-dire un lieu de convalescence ou de nettoyage et non un lieu de châtiment et de supplice. Ceci est de l’athéisme et de la mécréance. C’est ce que dit le groupe d’un homme qui s’appelle Amin Chaykhou et dont le chef aujourd’hui s’appelle "Abdou l-Hadi l-Bani de Damas.

Commentaire : Celui qui manque de respect au paradis devient mécréant. Celui qui qualifie le châtiment de l’enfer comme étant négligeable, est mécréant car Allah ta"ala a décrit l’enfer comme étant terrible. Celui qui dit « l’enfer ce n’est pas grave » ou qui dit : « demain nous nous réchaufferons dans le feu de l’enfer », il devient mécréant. Il aura démenti Allah. Mais insulter l’enfer est permis comme dire « l’enfer est mauvais », « l’enfer est laid» cela est vrai, Allah ta"ala dit : (wa sa‘at masira) [sourat An-Niça'/97] ce qui signifie : « et quelle mauvaise demeure ».