الدليل الحديثي على أن البدعةَ منها ما هو حسنٌ

 

Les preuves du hadith qu’il y a
parmi les innovations ce qui est bon

 

1 ـ حديث البخاريّ ومسلمٍ عن عائشةَ رضي الله عنها قالت: قالَ رسولُ الله صلى الله عليه وسلم: "من أحدَثَ في أمرِنا هذا ما ليسَ منهُ فهوَ رد". فأفهَمَ رسولُ الله بقوله: "ما ليسَ منهُ" أنَّ المحدَثَ إنَّما يكونُ ردًّا أي مردودًا إذا كانَ على خلافِ الشّريعةِ، وأنَّ المحدَثَ الموافِقَ للشّريعةِ ليسَمردودًا.

 

 

Il y a le hadith de Al-Boukhariyy et Mouslim, d’après "A’ichah, que Allah l’agrée.

"A’ichah, que Allah l’agrée, a dit : « Le messager de Allah a dit  ce qui signifie :
« Celui qui innove dans notre religion une chose qui n’en fait pas partie, elle est rejetée »

 

Le Messager de Allah , par sa parole (ma layça minha) qui signifie : « qui n’en fait pas partie » a expliqué que la nouveauté est rejetée lorsqu’elle va à l’encontre de la chari"ah.
Par conséquent, la nouveauté qui est en accord avec la chari"ah n’est pas rejetée.

 

2 ـ حَدِيث جَرِيربنِ عَبد الله البَجَليّ رَضيَ الله عنهُ،قالَ: قالَ رسولُ اللهصلى الله عليه وسلم: "مَنْ سَنَّ في الإسلام سُنَّةً حسَنَةً فَلَهُ أجرُها وأجرُ مَن عَمِلَ بها بعدَهُ مِن غير أن يَنْقُصَ من أجُورِهم شَىءٌ، ومَن سَنَّ في الإسْلامِ سُنَّةً سَيّئةً كانَ عليه وِزْرُها ووِزْرُ مَن عَمِلَ بِها مِنْ بَعْدِه مِن غَيرِ أن يَنْقُصَ مِن أَوزَارِهم شَىءٌ" رَواهُ مسلمٌ.

 

Il y a également ce qui est parvenu du hadith de Jalil Ibnou "Abdi l-Lah Al-Bajaliyy.
Qui a dit que le Messager de Allah a dit ce qui signifie : « Celui qui instaure dans l’Islam une bonne tradition en aura la récompense et la récompense de ceux qui la pratiqueront après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses. Et celui qui instaure dans l’Islam une mauvaise tradition se chargera de son péché et du péché de ceux qui la pratiqueront après lui sans que rien ne soit diminué de leurs péchés ».

Ce hadith qui a été rapporté par l’Imam Mouslim.

 

فإن قيلَ: هذا معناه من سنَّ في حياةِ رسولِ الله أمَّا بعدَ وفاتِهِ فلا.

فالجوابُ أن يُقالَ: أ ـ "لا تثبُتُ الخصوصيَّةُ إلا بدليلٍ"
وهنا الدّليلُ يعطي خلافَ ما يدَّعونَ حيثُ إنَّ رسولَ الله صلى الله عليه وسلم
قال: "من سنَّ في الإسلامِ"، ولم يَقُل من سنَّ في حياتي ولا
قالَ من عَمِلَ عملاً أنا عملتهُ فأحياهُ.

Si quelqu’un dit : Ce hadith veut dire que celui qui instaure une bonne tradition durant la vie du Messager de Allah et non pas après sa mort La réponse et la réplique à ces gens là est très simple et très facile

 

A - Les spécialistes des fondements de la religion ont cité une règle très claire : La
restriction de la portée d’un texte n’est confirmée que s’il y a une preuve.
Le fait de spécifier que ce jugement se restreint au cas où l’innovation serait faite durant la vie du Messager de Allah seulement et non plus tard, cette restriction nécessite une preuve. Or la preuve indique justement le contraire de ce qu’ils prétendent. Le Prophète a dit  ce qui signifie : « Celui qui instaure dans l’Islam », il n’a pas dit (celui qui instaure durant ma vie) et il n’a pas dit non plus (celui qui fait un acte que moi-même j’ai fait et qui la revivifié par la suite).

 

ب ـ ولم يكن الإسلامُ مقصورًا على الزّمنِ الذي كانَ فيه رسول الله، فَبَطَلَ زَعمُهُم.

Par ailleurs, l’Islam ne se limite pas à la vie du Messager de Allah .

 

فإن قالوا: الحديثُ سببهُ أن أناسًا فقراءَ شديدي الفَقرِ يلبسونَ النّمارَ جاؤوا فتمعَّرَ وجهُ رسول الله لما رأى من بؤسهم فتصدَّقَ الناسُ حتى جمعوا لهم شيئًا كثيرًا فتهلَّلَ وجهُ رسولِ الله فقال: "من  سنَّ في الإسلامِ سنةً حسنةً فلهُ أجرُهَا وأجرُ من عَمِلَ بها"، فالجوابُ أن يُقالَ: العبرةُ بعمومِ اللفظِ لا بخصوصِ السببِ كما ذَكَرَ الأصوليونَ.

 

S’ils disent que la raison pour laquelle le Prophète a dit ce hadith, c’est qu’il y avait des gens extrêmement pauvres, extrêmement démunie qui était vêtu de bouts d'étoffe et qu’à leur vue le visage du Messager de Allah aurait changé, tant ils étaient
dans une grande pauvreté.

Les gens ont alors donné des aumônes jusqu’à rassembler pour eux une grande quantité. Quand le Messager a vu cela, il s’en est réjouit et son visage a manifesté de la joie à la vue de cette solidarité de la part des gens, c’est alors que le Messager de Allah a dit : ce qui signifie : « Celui qui instaure dans l’Islam…. »

 

On leur répond, comme les spécialistes des fondements de la religion l’ont dit: Ce qui est à prendre en considération, c’est la portée générale du terme et non la particularité de la cause pour laquelle ce terme a été dit.

L’Imam Mouslim a rapporté dans son Sahih, du hadith de Jarir Ibnou ‘Abdi l-Lah Al-Bajliyy, que Allah l’agrée, qui a dit :

 

« Le Messager de Allah (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) a dit :


«مَنْ سَنَّ فِى الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ أَنْ ينْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىْءٌ ، وَمَنْ سَنَّ فِى الإِسْلام سُنَّةً سَيِّئَةً كَانَ عَلَيْهِ وِزْرُهَا وَوِزْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا مِنْ بَعْدِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ ينْقصَ مِنْ أَوْزَارِهِمْ شَىْءٌ»

 

Ce qui a pour sens : « Celui qui instaure dans l’Islam une bonne tradition (sounnah) en aura la récompense et l’équivalent de la récompense de ceux qui oeuvreront avec après lui, sans que leurs récompenses ne soient diminuées en rien ; et celui qui instaure dans l’Islam une mauvaise tradition se chargera de son péché et de l’équivalent du péché de ceux qui oeuvreront avec après lui, sans que leurs péchés ne soient diminués en rien. »

 

 

Informations utiles :


- L’Imam, le Hafidh Mouslim Ibnou Al-Hajjaj Ibnou Mouslim Al-Qouchayri An-Nayçabouri, l’auteur du célèbre recueil de Hadith authentique (sahih) connu sous le nom de « Sahih Mouslim » est né 202 et il est décédé en 261 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1170 ans. Il est une référence incontournable dans la science du Hadith.

 

- Il a cité cela dans son sahih dans le livre de Az-Zakat : chapitre l’incitation à l’aumône, même d’une moitié d’une datte ou d’une bonne parole et qu’elle est un écran contre le feu. Ainsi que le livre de la science : chapitre celui qui instaure dans l’Islam une bonne tradition ou une mauvaise tradition et qui appelle à la bonne guidée ou à l’égarement.

 

- Ce Hadith sahih nous indique que l’innovation (al-bid’ah) se classe en deux catégories :

La première sorte : la bonne innovation (bid’ah haçanah, appelée aussi : sounnah haçanah), c’est la nouveauté qui est en accord avec le Qour-an et la Sounnah.

La deuxième sorte : la mauvaise innovation (bid-ah sayyi-ah, appelée aussi : sounnah sayyi-ah), c’est la nouveauté qui est en contradiction avec le Qour-an et la Sounnah.

 

- Si quelqu’un prétend que ce hadith vise ce qui est instauré du vivant du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam), mais qu’après sa mort ce hadith ne s’applique pas, on lui répond : « La spécificité n’est confirmée que par une preuve ». Or il n’y a pas ici de preuve pour cette prétendue spécificité. Au contraire, la preuve démontre le contraire de ce qu’il prétend parce que le Messager de Allah (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) a dit (ce qui a pour sens) : « Celui qui instaure dans l’Islam » et il n’a pas dit : « Celui qui instaure de mon vivant » et il n’a pas dit : « Celui qui fait quelque chose que moi j’ai fait et qui renouvelle cet acte par la suite ». De plus, l’Islam n’est pas limité à l’époque où le Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) était vivant. Leur prétention est donc annulée.